Le monoï, une huile de massage qui invite au voyage

En tant qu’huile de beauté mondialement connue, on pourrait croire que le monoï n’est plus à présenter : c’est le produit phare pour avoir la peau bronzée sur la plage, et une huile au parfum puissant pour parfumer votre peau…

Dit comme cela, on se demande presque quel est l’intérêt d’utiliser cette huile pour le massage comme je vous le propose. Bon ok ça sent bon, mais ce n’est pas spécialement le but premier d’une séance de relaxation. Est-ce simplement un effet marketing ? Comme pour la plupart des produits pour lequel le monoï est mis en avant (gel douche, lessive, parfum d’intérieur…) ??

Et bien non ! Tout simplement car les vrais vertus du vrai monoï sont méconnues. J’insiste là-dessus, ce que l’on considère bien souvent à tort comme du monoï n’est autre qu’une huile chimique contenant des parfums de synthèse, soit tout ce qui est mauvais pour une huile de massage.

Par contre, le monoï AOC est lui 100% naturel, ses senteurs sont subtiles et raffinées, il a un fort pouvoir hydratant et permet une glisse exceptionnelle, parfaitement adaptée au californien par exemple où les mouvements sont amples et longs. En ce qui concerne le massage tahitien, bien évidemment que l’utilisation du monoï coule de source : cette huile est produite sur les îles de Tahiti, avec de la Coco et des fleurs de Tiare, symbole de Polynésie. Là-bas, où le massage est profondément ancré dans la culture, on se sert du monoï comme huile de massage même pour les bébés.

Une huile de massage naturelle

Alors, comment le fabrique t’on ? En fait, il ne suffit que de deux ingrédients : de l’huile de Coprah et des centaines de fleurs de Tiare (nom latin Gardenia Tahitensis).

Tout d’abord il faut donc de l’huile de coprah : ce sont les amandes de noix de coco qui sont extraites puis séchées au soleil pendant une semaine. Ensuite elles sont pressées à chaud pour obtenir une huile raffinée qui servira donc de base au monoï.

La fleur de Tiare doit être utilisée fraîche et c’est tout juste cueillie, encore au stade de bouton, qu’elle est plongée dans l’huile de coprah pour macération. Elle y restera plusieurs jours.

L’huile de monoï que j’utilise dans mes massages est confectionnée avec 200 fleurs de Tiare par litre de coprah. Elle est certifiée AOC, ce qui certifie à la fois sa qualité et son authenticité : la coco et la fleur de Tiare doivent être cultivées à Tahiti, et le monoï doit être « fabriqué en Polynésie Française conformément aux usages locaux, loyaux et constants ». En clair il doit respecter la méthode de fabrication traditionnelle.

Les vertus du monoï

A Tahiti, c’est un produit profondément ancré dans les coutumes locales, aussi bien comme produit de beauté (il embellit la peau et le cuir chevelu), que comme produit de santé (pour lutter contre la fièvre, les migraines..).

En ce qui nous concerne, ce sont plutôt ses propriétés bienfaisantes sur l’épiderme qui nous intéressent, et sa qualité principale est l’hydratation. Les qualités hydratantes du monoï sont comparables à celles du beurre de karité : une application sur le corps suffit pour l’hydrater pendant de nombreuses heures.

Le monoï a aussi un effet protecteur contre les agressions extérieures et adoucissant. On peut ainsi s’en servir pour protéger la peau du froid ou pour la soulager après une session prolongée au soleil. Et oui, il vaut mieux en mettre après la plage qu’avant ! Des vertus raffermissantes et un effet lissant sur la peau ont également été prouvées en laboratoire.

C’est aussi un excellent produit pour les cheveux avec des vertus protectrices reconnues. Ce qui tombe bien puisque les protocoles californien et tahitien incluent un massage du cuir chevelu. Donc pas la peine d’aller chez le coiffeur juste avant de venir me voir, ça serait dommage de devoir se priver de cette partie du soin qui est très agréable…

Dernière chose à savoir, en dessous de 25° devient solide. Pour un massage, je le tiédis donc légèrement avant utilisation, ce qui rend son application encore plus agréable..

Attention aux différents produits à base de monoï…

Donc vu que c’est une appellation contrôlée, si vous achetez un produit avec l’appellation monoï vous ne devez pas vous tromper… Oui mais il y a un hic ! Car nos chers as du marketing savent jouer avec les mots. Donc dixit la loi :

  • Le monoï doit contenir au moins 90% de monoï… Alors celle-là me laisse perplexe, il me semble que 100% aurait été plus logique…
  • L’huile au monoï doit contenir au moins 50% de monoï.. Là c’est plus que trompeur, à ne pas confondre avec l’huile de monoï donc !
  • Le savon au monoï doit contenir au moins 30% de monoï
  • Les autres produits de soins et d’hygiène (crèmes, shampoings etc..), seulement 1% !! Autant dire qu’on ne doit pas trop ressentir ses effets, un bel argument de vente donc…

Bref pour ne pas vous tromper il vous faudra lire l’étiquette et plus précisément la composition INCI qui doit donc contenir :

Pour ma part c’est fait, pas de chimie dans mon huile de massage 🙂