LE BAMBOU, goutons-y !

Tout le monde connait cette tige en forme de canne… Résistante et souple, avec ses feuilles qui se découpent en formant un joli panache vert ou blanc et jaune. Originaire des climats tropicaux, subtropicaux ou tempérés, le Bambou a conquis par sa grâce et sa finesse aussi bien l’espace de nos maisons que celui de nos jardins.

竹 (ZhÚ) : bambou, présentation

Sa pousse est rapide, sa nature de rhizome lui confère un développement exceptionnel grâce à ses tiges souterraines qui s’étendent autour de ces innombrables nœuds, il a su ainsi adapter sa croissance aussi bien à la nature du terrain qu’au climat et à l’altitude de son habitat !

Bienvenu donc au bambou dont on ne discute plus l’extrême variété des usages tant dans la vie domestique qu’urbaine, à travers les âges jusqu’à nos jours…

Symbole de longévité en Chine et en Asie, sa souplesse, son adaptabilité, sa texture solide et sa résistance en ont fait également un emblème de joie, de paix, d’amitié, de droiture et de fertilité. A bien y regarder, il semblerait qu’il soit tout naturellement un attribut du Bien Être ou l’esprit du Zen !

Le Taoïsme tout comme le bouddhisme lui confèrent toutes les valeurs humaines invitant à une démarche intérieure vers la connaissance de soi, la force et la paix intérieures.

Le bambou, allié de notre bien-être ?

C’est précisément cet aspect qui nous interpelle : comment le Bambou s’est-il fait l’allié de notre Bien-Être et éveil à soi ? Par la délicatesse de ses tiges comme outil de massage, mais aussi de par ses origines et ses propriétés diététiques comme un « alicament » précieux pour qui sait en tirer parti…
Résumons donc ses principales propriétés : prolifique, adaptable aux sols et climats, il se répand en une multitude d’espèces et de variétés toutes comestibles, il jouit d’une croissance rapide et peut atteindre des tailles considérables, il est souple et très résistant aux intempéries, aux charges, au vent…

« Il plie mais jamais ne se rompt » dit le proverbe, voilà ce qui nous inspire !

De fait, il s’est rendu indispensable aux hommes et s’est inscrit tant bien dans la tradition comme dans la modernité dans leur vie quotidienne : constructions, ameublement, textiles, navigation, objets divers domestiques…

Tout naturellement, il a servi aussi comme outil pour les massages, ceux-ci faisant partie intégrante des pratiques thérapeutiques ou de détente en Chine, en Asie mais aussi en Océanie, et partout où il a colonisé l’espace…

Si l’alimentation est et reste le premier pilier d’une bonne santé, que ce soit à titre préventif ou curatif, le Bambou a apporté dans les lointaines traditions chinoises et asiatiques sa contribution et toutes ses propriétés officinales dans le domaine culinaire.

Le bambou dans l’alimentation

La pousse de bambou s’achète fraîche ou en conserve, elle constitue un accompagnement simple à cuisiner, original et hypocalorique. Essentiellement et traditionnellement consommé en Chine et en Asie, on le trouve également en grande surface ou dans les magasins d’alimentation asiatiques en France. Riche en potassium, en fer, en phosphore et en calcium, il contient aussi des vitamines B1, B2 et C.

En diététique chinoise, sa consommation est préconisée dans les premiers stades d’urticaire, de rougeole ou de varicelle pour son action rafraîchissante et diurétique, et ses tropismes destinataires sur les méridiens du poumon et du gros intestin ainsi que de l’estomac.

Composé à 94% d’eau, pauvre en lipides, glucides et protides, il est également proposé pour combattre certains types d’obésités, les excès de cholestérol ou l’hypertension artérielle ainsi que certaines maladies coronariennes mais sa nature froide et douce l’engagent essentiellement pour éliminer les manifestations de chaleur (fièvres, soif), il sera donc à consommer avec modération pour les personnes frileuses ou dont le système digestif serait en hypofonctionnement !

Il reste un accompagnement de choix pour les amateurs de viandes, notamment de mouton ou de poulet, et offre le choix d’une cuisson sautée, bouillie ou à l’étuvée. En soupe, l’été, il hydrate et harmonise l’estomac, facilite le transit en cas de constipation et avantage l’expectoration lorsque les bronches sont enflammées.

Le bambou comme soin

« Tabashir », Bambusa arundianacea, tel est son petit nom lorsqu’on utilise l’exsudat formé à l’intérieur de ses tiges, est préconisé aujourd’hui en phytothérapie comme complément alimentaire pour la fortification des os et cartilages, la souplesse des articulations et certaines situations rhumatismales. En période de croissance, de fragilité osseuse ou pour favoriser la consolidation des fractures, le bambou offre son potentiel de résistance et de souplesse à la structure humaine par son action re-minéralisante sur les tissus conjonctifs, les articulations et le vieillissement osseux.

« Zhu Ru », Caulis Bambusae in Taenis, tel est son autre petit nom en pharmacopée chinoise plus méconnue en France. Ici, la fibre de bambou se prépare et se consomme en décoction, seule ou en association avec d’autres plantes pour traiter les phénomènes de chaleur, dissoudre les mucosités et rafraichir le Sang dans les situations de vomissement de sang , de saignements de nez ou de métrorragie.

Dans les deux cas, il convient toutefois de consulter au préalable un professionnel de santé spécialisé en phytothérapie ou en médecine traditionnelle chinoise pour en savoir plus et vous garantir les meilleurs conseils et un suivi personnalisé.

Le bambou en massage

Le Bamboo massage, est à l’honneur aujourd’hui dans les meilleurs Spas et établissements Bien Être. Pratiqué avec des tiges de taille et de diamètres différents, le massage aux bambous se décline à l’infini selon les objectifs du soin. Offrant une gamme intéressante de techniques et de gestuelles, toutes propices à la relaxation, l’usage des bambous permet au praticien d’effectuer un travail profond sur les tissus, et d’apporter un ressenti original de par la texture du matériau.

massage aux bambous

Le bamboo massage chez Zenzitude

Chaque type de bambou utilisé permet au praticien d’exécuter des techniques propres, ainsi les plus grands et gros serviront aux lissages glissés, au drainage, et seront particulièrement adaptés pour des séances orientées sur la relaxation et l’équilibre nerveux.

D’autres tiges, de taille moyenne seront utilisées pour le travail du dos et des para-vertébraux, efficaces pour le drainage lymphatique, elles permettent un travail profond sur la circulation sanguine et les flux énergétiques, et sont très efficaces pour le confort des sportifs. Enfin, les tiges les plus fines sont maniées avec précision et douceur pour le visage, mais aussi les mains ou les pieds. Certains praticiens fagotent les tiges les plus fines, créant ainsi un accessoire supplémentaire pour les pétrissages.

Pratiqué avec des huiles chaudes ou froides ou sans, le massage bambou permet de multiplier les effets mais aussi les techniques : lissages, pétrissages, palper-rouler, percussions, pressions et stimulation des points d’acupressure et des méridiens, frictions, drainages, étirements et assouplissements composent un bouquet complet, dont la seule limite reste la créativité du praticien et sa maitrise…

禪: zen (chán)

En termes de Bien Être, de relaxation, de lâcher-prise, d’évasion, c’est une expérience exotique, dynamisante et nécessaire sur le chemin de l’éveil sensoriel et de l’équilibre, pour tous les amateurs de Massages de Bien Être.

Enfin, à l’instar des moines Shaolin qui en faisaient déjà usage tant dans leur quotidien que pour retrouver leur forme après les campagnes guerrières, cultivons notre « zen attitude » et laissons-nous inspirer par la noblesse du Bambou vers notre mieux-être !

Sources et bibliographie :

  • Guide Pratique des Plantes en Médecine Chinoise – Lin Shi Shan, Editions Institut Yin-Yang
  • Précis thérapeutique de la Pharmacopée Chinoise – Dr You-wa Chen, Editions You Feng
  • Pharmacopée Chinoise et acupuncture – Philippe Sionneau – Editions Guy Trédaniel
  • Plantes et oligo—éléments – Editions Laure Kane
  • Ces aliments qui nous soignent – Ph. Sionneau et Josette Chapelet – Editions Guy Trédaniel
  • Polyarthrite rhumatoïde et régime alimentaire – J.Roussat – Editions Lariboissière-Vigo Pettersen
  • Liens utiles : www.bambouland.com