Et si vous faisiez votre vaisselle avec du savon ?

Voilà maintenant presque un an que je commercialise mon savon de vaisselle, et les gens qui défilent sur mon stand dans les foires & marchés sont toujours aussi éberlués de voir pareille incongruité. Quoi ? Dis moi pas que c’est pas vrai !! Un savon de vaisselle ??? Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? J’ai jamais vu ça… C’est efficace contre les graisses ? Et comment on s’en sert ?

Patience, je vais tout vous expliquer 😉

D’abord, un peu d’histoire..

Alors qu’il existe des traces d’utilisation et de fabrication de savon bien avant la naissance de JC, ce n’est qu’au XIX ème siècle que son utilisation s’est démocratisée. Avec la mise en place d’une fabrication industrielle, le savon a petit à petit intégré les foyers de Monsieur et Madame Tout Le Monde, alors qu’il était jusque là un produit de luxe. A cette époque, le savon était utilisé pour l’hygiène corporelle, la lessive, la vaisselle..

Le premier détergent synthétique a été créé en 1916 en Allemagne, pour répondre à un besoin de produits lavages alors que la pénurie de graisses et d’huiles à cause de la guerre ne permettait plus la production suffisante de savons.. Ce n’est que pendant la seconde guerre, encore poussé par une pénurie d’huiles, que la fabrication de détergents s’est industrialisée et son utilisation s’est développée. Ainsi, dans les années qui suivirent, toutes sortes de détergents synthétiques apparurent : liquides vaisselles, lessive, détachants avant lavage, adoucissants… Peu à peu, le savon disparaît des étalages pour être remplacé par une multitude de produits ménagers synthétiques, chacun ayant une spécificité particulière.

Le liquide vaisselle, un produit controversé

Revenons en à nos moutons, et concentrons nous donc sur un de ces produits en particulier : le liquide vaisselle. Il est pas cher, pratique à utiliser, efficace, il sent bon et toujours dans un joli packaging.. Mais pourquoi diable vouloir s’en passer ? Ben parce que derrière toutes ces belles caractéristiques se cachent de nombreux ingrédients potentiellement nocifs aussi bien pour votre santé que pour l’environnement : parabens, perturbateurs endocriniens, dérivés de pétrole, parfums et colorants synthétiques, allergènes, irritants… La liste est longue.. Et comme la réglementation n’est pas aussi stricte que pour les cosmétiques, il n’est pas tout le temps facile de savoir ce que vos produits de vaisselle contiennent réellement.

Il y a peu de temps, c’est l’association 60 millions de consommateurs qui s’est attelée à une petite étude sur la composition des détergents synthétiques, et les résultats n’étaient pas jolis jolis.. La quasi-totalité des produits étudiés contiennent au moins une substance indésirable, si ce n’est plusieurs. Et toutes les marques connues y passent.. Alors certes, cette étude ne se limitait pas aux liquides vaisselles mais englobait les détergents au sens large. Je vous propose donc de regarder plus précisément cette autre étude sur la composition du paic citron ce qui achèvera je l’espère de vous convaincre.

Et les liquides vaisselle écologiques ?

C’est mieux, encore faut il qu’ils le soient vraiment ! Attention au greenwashing, les liquides vaisselle avec des packaging faisant penser à la nature, avec les mots « écologique » ou « vert » ne sont pas gage de produits sains ! Une seule alternative quand on achète un liquide vaisselle tout fait, il faut un vrai label bio comme ECOCERT (pas un label inventé par la marque comme l’on trouve de temps en temps..). Avec un label bio, vous êtes déjà sûr de ce qu’il n’y a pas dedans, et c’est déjà pas mal !

Avec ECOCERT par exemple : parfums & colorants sont naturels, les tensio-actifs sont d’origine végétale, il n’y a pas de chlore.. Il peut toutefois y avoir des ingrédients synthétiques ou issus de la pétrochimie, mais leur utilisation est limitée. C’est mieux que le conventionnel, mais ce n’est donc pas encore parfait.

Le liquide vaisselle DIY, une solution ?

Le Do It Yourself est à la mode, l’avantage c’est qu’en faisant soi-même ses produits on sait exactement ce qu’on met dedans. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez que je suis adepte, que j’organise des ateliers DIY et que je propose sur ce blog une recette facile pour apprendre à faire sa propre lessive. Et qu’en est-il du liquide vaisselle donc ?

Il existe une multitude de recettes sur le net, une simple recherche et vous trouverez votre bonheur. Personnellement j’ai fait deux tests, des recettes à base de savon noir et de bicarbonate de soude. Peut-être que je me suis un peu ratée dans la réalisation, mais je n’ai pas été vraiment emballée … Il y avait très peu de mousse et je n’avais pas vraiment l’impression d’utiliser du liquide vaisselle.

Retour vers le futur au XXI ème siècle  ?

Ah les bonnes vieilles recettes de grand-mères, elles aussi sont à la mode ! Et que faisaient nos grand-mères à l’époque ? Elles faisaient leur vaisselle avec du savon pardi !

J’ai fait mes premiers tests avec un (vrai) savon de Marseille que l’on m’avait offert. Et miracle, ça lave, ça dégraisse, ni plus ni moins qu’un liquide vaisselle en somme

Et comme je suis savonnière, je ne pouvais décemment pas faire le travail avec le savon d’un autre, j’ai donc créé ma propre recette de savon de vaisselle : de l’huile de coco (bio), de l’huile d’olive (bio aussi) et c’est tout.. Pas de colorant, ni de parfum. Car j’ai beau y réfléchir je ne vois pas l’intérêt, autant un linge qui sent bon à la limite, mais une assiette ou une cuillère ??? Bref, à l’heure où j’écris ces lignes, cela fait maintenant un an qu’on n’utilise plus que ça à la maison : il mousse, détache, dégraisse, fait tout ce qu’il faut comme un grand.. Des fois on se demande pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué…

savon pour la vaisselle

Voici notre fameux savon de vaisselle. Tout blanc, sans parfum, à base d’huiles d’olive & de coco biologiques

Ah et oui, la grande question que tout le monde se pose car cela change complètement les habitudes, comment on s’en sert ? Très simplement en fait : on mouille un peu l’éponge, un peu le savon, on frotte l’éponge pour faire bien mousser, et c’est parti pour une série d’assiettes et couverts. Quand il n’y a plus de mousse, on recommence.. Et oui, vous avez noté, plus besoin de remplir un bac d’eau avec le liquide vaisselle, c’est aussi ça de gagné..

Et un dernier petit avantage pour la route : finie la peau abîmée ou la nécessité de porter des gants pour la vaisselle, le savon, ça n’agresse pas la peau comme un liquide vaisselle..