Cet article fait partie d’un ensemble de 7 articles sur le savon écrits par 7 savonniers artisanaux travaillant suivant la méthode de saponification à froid. Pour chacun de nous, le savon est notre passion, notre métier, et au travers ces articles nous souhaitons vous le faire découvrir et apprécier. Stéphane, artisan savonnier diplômé mais pas encore installé, répond ici à la question : comment un savonnier choisit-il ses huiles ? Bonne lecture 😉

Un savon n’est à la base constitué que de corps gras, dans lesquels on verse un alcali -de l’hydroxyde de sodium dans le cas du savon à froid- Le choix des huiles est donc fondamental pour le savonnier.

Il faut savoir qu’il n’existe pas d’huile parfaite

Chacune réagit différemment à la saponification et donne des savons très différents. Certaines huiles donnent des savons qui moussent beaucoup, mais qui fondent aussi très vite. D’autres donnent un savon très doux, mais à l’aspect plutôt gluant.

Tout l’art du savonnier est justement de jongler entre les propriétés des huiles afin d’obtenir le meilleur savon possible à ses yeux, car bien sûr le savon idéal n’existe pas, ou du moins il n’est pas le même selon les personnes !

Sans être exhaustif, les huiles les plus répandues en savonnerie sont l’huile d’Olive, l’huile de Coco, le beurre de karité, l’huile de Tournesol, le beurre de Cacao… Certains savonniers travaillent aussi avec des huiles plus rares et originales, il n’existe pas de règle, et la seule limite est l’imagination et la créativité.

La recette peut être longue a élaborer, et est souvent le résultat de très nombreux tests. Généralement, le savonnier à froid est intarissable sur le sujet, et vous parlera toujours amoureusement des huiles qu’il utilise, et qu’il a sélectionnées soigneusement. Mais ne comptez pas sur lui pour vous donner la recette exacte, c’est un secret de fabrication jalousement gardé !

Huiles, ou beurres ?

Sur le principe, il s’agit de la même chose: un corps gras. La différence étant l’état à température ambiante. L’huile est liquide, alors qu’un beurre est solide, et nécessite donc d’être fondu pour pouvoir être travaillé en savonnerie.

Et l’huile de palme ?

L’huile de palme a comme particularité de produire un excellent savon…Toutefois, beaucoup de savonniers rechignent à l’utiliser par conviction environnementale. La culture intensive du palmier à huile a conduit à la déforestation massive dans certaines régions du globe. Il est toutefois possible de trouver de l’huile de Palme Bio issue de forêts gérée de manière durable.

Des graisses animales ?

Autrefois, les graisses animales (principalement le suif de boeuf et le saindoux) étaient largement utilisées en savonnerie, pour la simple raison qu’il n’y avait rien d’autre à disposition. De nos jours, les savonniers utilisent très rarement des graisses d’origine animale, par souci étique, et pour ne pas encourager l’élevage intensif.

Toutefois, il est possible de voir cette utilisation comme le recyclage de déchets issus de l’élevage. Là encore, chacun fait selon son envie et ses convictions.

Merci Stéphane pour cet article enrichissant ! Ou devrais je dire engraissant 😉 Stéphane n’ayant pas encore de savonnerie, il vous faudra patienter un peu avant de profiter de ses créations.

 

Pour continuer votre découverte, je vous propose de continuer votre lecture avec les 6 autres questions auxquelles ont répondues les artisans savonniers :