J’ai testé pour vous l’éco-conduite

Voici un test grandeur nature sur l’éco-conduite, qui vous permettra peut-être d’avoir une idée sur ce que vous pourrez gagner en choisissant ce mode de conduite. En fait, lorsque j’ai découvert l’éco-conduite à la télé, deux phrases m’ont interpelé: « ce n’est pas une conduite de grand-père » et « on peut économiser jusqu’à 35% de carburant« . 35%, je me suis dit qu’il y allait un peu fort, ça fait un peu fausse publicité genre « lave plus blanc que blanc », et c’est vrai qu’a priori, c’est le mode de conduite qui semble appliqué par nos grand-parents… Alors chiche! Je me suis dit que j’allais tester moi-même ..

Les conditions du test

J’utilise une voiture quasi-exclusivement pour mes aller-retours au boulot, idéal pour effectuer ce test car ainsi je peux facilement faire une comparaison sur des trajets équivalents. en gros je fais environ 40 km/jour, 1/3 du trajet se passant en ville et 2/3 sur des départementales avec quelques rond-points. Il y a un peu de circulation, quelques ralentissements mais sans réels bouchons. Au niveau de la conduite, j’avais tendance à pousser mes rapports de vitesse et à pas mal utiliser le frein moteur. Dans ces conditions, un plein complet d’essence me permettait de faire entre 560 et 580 km.

Les résultats

Et bien je dois dire que je suis globalement plutôt satisfait et surpris du résultat: avec un plein j’ai fait 675 km, soit entre 16 et 20% de trajet supplémentaire! Donc oui, je pense que quelqu’un ayant une conduite sportive en ville peut atteindre les 30 ou 35% d’économie d’essence en passant à l’éco-conduite!

Et alors, conduite de grand-père ou pas? Et ben je dirais non. Déjà parceque mon grand-père il faut qu’il accélère beaucoup au démarrage pour avancer un peu, ce qui est contraire au concept d’éco-conduite. Ensuite, mine de rien, ce mode de conduite demande beaucoup d’attention et d’anticipation. Certes on ne fait pas de grosses accélérations, mais on ralentit un minimum. Dans mon cas, j’ai optimisé au maximum, notamment au niveau des rond-points pour ne pas m’arrêter, et des fois il a fallu faire preuve de réflexes avec ceux arrivant trop vite, ne mettant pas leur clignotant ou ne mettant pas le bon. On anticipe un maximum les virages, et on les prend assez vite, si bien que je ne compte pas le nombre de voitures pressées me serrant un peu trop en ligne droite, et larguées dans les virages…

Les limitations..

C’est comme pour tout, l’éco-conduite a également ses défauts. Déjà il ne faut pas tout appliquer bêtement et il vaut mieux adapter sa conduite à la situation. Lorsque l’on double par exemple, ou sur une voix d’insertion, il vaut mieux une bonne accélération pour rapidement se mettre à la vitesse souhaitée pour éviter les dangers, et tant pis si on consomme un peu plus.

De plus l’éco-conduite semble plus s’appliquer en ville. Sur l’autoroute on ne passe pas son temps à accélérer ou freiner, et en montagne il vaut mieux utiliser le frein moteur plutôt que de laisser aller la voiture en quatrième vitesse dans les virages…

L’avantage avec l’éco-conduite c’est qu’on pollue moins, mais si on l’applique à la lettre c’est votre voiture risque de s’encrasser! Et dans ce cas, cela risque non seulement de vous coûter cher, mais en plus votre voiture risque par la suite de polluer plus, d’avoir plus de mal à l’accélération, ce qui n’est pas le but recherché. Sans en abuser non plus, il est donc nécessaire pour la bonne santé de votre moteur de le faire monter en régime de temps en temps.

 

Que pensez vous du résultat? Intéressant non? Moi j’ai été presque bluffé, je ne pensais pas polluer autant.. Vous avez testé l’éco-conduite? Vous êtes étonné des résultats? Donnez nous votre avis.