Envie de vous parler ALIMENTATION.

Depuis plusieurs mois, il n’y a pas eu d’articles sur le blog ! Non, je n’ai pas joué ma fainéante 😉 J’ai dû m’arrêter quelques mois pour des raisons de santé. Et aujourd’hui, en ce beau lundi de Pâques, au soleil dans mon jardin, je vous avoue que je ne boude pas mon plaisir à écrire cet article après avoir vécu pendant deux mois et demi dans mon lit et ma chambre.

Comme on le dit souvent, nous prenons conscience de certaines choses importantes, dont l’alimentation suite à des soucis de santé. Je n’y coupe pas, je prends conscience que mon alimentation est importante, surtout qu’aujourd’hui, je n’ai plus le choix, car après être restée si longtemps (tout est relatif) alitée pour des problèmes de dos et une opération, je suis devenue ce que l’on appelle : Insulino-résistante. Si je ne change pas d’alimentation, je serai donc rapidement diabétique. Donc remise en question totale de mon alimentation et de celle de toute la famille, et tant mieux ! Et pour positiver au max, ce changement (qui était et est loin d’être gagné car ce n’est pas simple de changer ses habitudes), je vais même, peut être, perdre mes kilos superflus :).

D’où me vient cette idée d’écrire sur l’alimentation ?

Nous essayons, mon mari et moi, de sortir le plus possible des circuits de commercialisation actuels et c’est tout naturellement que nous suivons des projets de crowfounding ( surtout que c’est un système que je souhaite mettre en place pour la création de la savonnerie ), nous nous sommes donc engagés pour aider à repartir un mensuel  » Terraéco « . En échange de notre soutien financier, nous recevons chaque mois le mensuel et bingo pour eux, nous aimons beaucoup et nous allons donc nous abonner. Ce mois-ci, le dossier central est basé sur l’alimentation et le goût avec une couverture très accrocheuse que j’ai adorée et ce titre :  » Le goût assassiné  »

Terra eco avril 2015

Je n’ai pas pour habitude sur mon blog de reprendre des articles, mais cet article magnifiquement rédigé par Isabelle Hartmann, m’a tellement passionné et me semble si important que j’ai décidé d’en résumer les points les plus importants pour vous les faire partager. Je suis restée bouche bée à la lecture de certaines informations et cela me renforce dans ma position de devenir encore plus « conso – acteur  » qu’avant.

Le résumé de cet article :

On consacre moins de temps à cuisiner, certes je m’y attendais, mais nous y passons quand même 53 minutes par jour, mais on passe plus de temps à table ;). 1 heure, il doit y avoir un tas de trucs sympas à préparer pendant ce temps, non? A priori, non car nous consommons de plus en plus de plats préparés, et notre alimentation devient de plus en plus aseptisée, uniformisée et bien-sûr industrialisée. Oui, effectivement cuisiner prends du temps, mais la cuisine et notre alimentation est la base de notre santé et donc de ce temps dont nous avons si besoin pour faire plein de choses, si nous n’arrivons pas à en prendre un peu pour notre alimentation que deviendra notre santé et donc,……….. !

L’agroalimentaire et la grande distribution ont bien évidemment une grande part de responsabilité dans l’ensemble de ces changements ! Mais je vous rassure ou pas, je ne pense qu’elle ne soit seule responsable, nous avons aussi notre part car il est si facile de se laisser tenter par la simplicité, la rapidité et comme il est dit dans l’article, nous sommes demandeurs de produits saisonniers hors saison ! Quoi qu’il en soit l’agroalimentaire a su nous rendre accro aux sucres, au gras et au sel. Le sel…………. à priori nous en avalons plus de 10 grammes par jour ( alors que l’OMS recommande 5 grammes par jour), celui-ci a beaucoup d’intérêt pour les industriels, il coûte peu cher et permet de conserver les aliments, de leur donner du goût, aide à développer des textures, évite à certains aliments de brunir et le pompon : il fait boire et manger plus ! comme le souligne Michel Lecerf, nutritionniste à l’Institut Pasteur de Lille. La belle aubaine ;).

Nous sommes habitués à consommer des produits « stables » c’est à dire ayant le même goût, la même texture tout au long de l’année sans se soucier de période de production, de récolte ou encore des saisons. Personne n’est choqué de manger une tomate en plein hiver ou une fraise, mon arrière grand-mère n’est plus là, mais je pense que cela la dérangerait ! D’ailleurs, en écrivant cela je me rends compte qu’effectivement, pour moi, une tomate c’est en été mais que je ne suis aucunement choquée de manger des blettes en été ;).

Nous arrivons à la partie de l’article qui m’a le plus marquée :  » Manger toujours plus, pour se nourrir moins  » !. Des études réalisées par des universités britanniques, canadiennes et américaines montrent que nos aliments sont de moins en moins concentrés en nutriments et j’ai entendu parlé pour la première fois de la  » calorie vide  » : grasse sucrée mais inutile pour la santé.

Voici les titres de l’article qui m’ont laissé pantoise ( le hier, c’est 1950) :  » Vitamine C : une pomme d’hier = 100 pommes d’aujourd’hui // Vitamine A : une orange hier = 21 oranges d’aujourd’hui // Fer : la viande en contient deux moins // Calcium : 4 fois moins dans le brocoli. Moi, je suis devenue blanche et la succession de questions : comment en sommes nous arrivés là (même si j’avais déjà mon idée), qu’est ce qu’on va manger alors? ……………….. Ceci est en partie dû aux croisements génétiques pour améliorer la rentabilité, à l’appauvrissement des sols, aux engrais, à l’alimentation plus pauvre donnée au bétail,……. Mais bonne nouvelle : l’agriculture bio pourrait contrecarrer cela si elle reste réellement bio ( pas de bio intensif ) et respectueuse des cycles de production.

Si ce résumé vous a donné envie de lire l’article en entier, c’est par ici : http://www.terraeco.net/Decouvrez-le-nouveau-Terra-eco-Le,59078.html

Ce qui a changé à la maison ?

On développe notre potager maison :  j’adore ( bien plus que mon mari 😉 ). Bon, avec mon dos, hors de questions d’aller bêcher comme une folle, donc on a investi dans des carrés de potager, je reconnais c’est super pratique. L’été dernier, nous avions déjà fait quelques légumes et c’était un vrai plaisir ! Nous avons continué cet hiver avec nos premières cultures de blettes et d’épinards. Je vous avoue qu’il a bien longtemps que je n’avais pas mangé des épinards aussi bons ! Puis c’est un plaisir de planter avec ma fille, de les ramasser avec elle, de les cuisiner et je reconnais qu’à la dégustation il y avait un peu de fierté 😉 C’est moi qui l’ai fait ! C’est une activité très ludique pour ma fille et riche d’enseignement pour elle oups pour nous, car on apprends toujours 😉

carrés de potager

Nos nouveaux carrés de potager. Bientôt remplis de salades, carottes, fraises…

Nous allons chaque semaine au marché de plein vent : perso, j’adore les marchés de plein vent, c’est vivant, c’est convivial ! Vous y rencontrez des personnes fantastiques : les petits producteurs, des gens passionnées qui aiment vous parler de leurs produits, qui y mettent tout leur amour, quoi de plus beau ! Et niveau goût, c’est juste un régal ! Alors, oui c’est un peu plus cher, notamment sur la viande mais quelle différence niveau qualité, nous en mangeons donc moins mais c’est pas un mal. C’est aussi le plaisir d’une sortie familiale et la possibilité de faire découvrir à notre fille des nouveaux produits de façon ludique et apprendre plein de choses sur vos fruits et légumes car vous avez un passionné en face de vous pour répondre à vos questions.

Nous allons en magasin bio : je vous entends penser, oui mais le magasin bio c’est plus cher ! Et bien non, en voici un exemple, après avoir comparé le tarif d’achat de nos oranges au marché et au magasin bio, elles nous coûtent presque 4 € de moins et comme il est dit dans l’article, la valeur nutritionnelle des produits bio est meilleure ! Nous avons aussi découvert de nouveaux aliments, comme par exemple le gomasio ( graines de sésame grillées ), qui moi me permettent d’assaisonner mes aliments car je dois limiter les graisses cuites donc je cuis mes légumes à la vapeur. L’autre avantage, c’est l’achat en vrac, et ça j’adore, vous n’achetez que la quantité dont vous avez besoin.

Plus de trois mois que nous n’avons pas mis les pieds au supermarché ! : Oui, par raison de simplicité pour mon mari qui a dû tout gérer seul pendant plusieurs mois, nous sommes passés par un drive pour nos courses de base. Je fais les courses sur internet et en rentrant du boulot Monsieur s’arrête sur son chemin pour les récupérer, c’est un système que nous allons garder pour plusieurs raisons :

1- C’est un gain de temps et en plus j’ai horreur de pousser mon chariot dans les rayons ! ;). Vous avez en plus la possibilité d’ enregistrer votre liste de course et de la remettre dans le panier, et le site internet garde en mémoire les produits que vous avez déjà acheté, on ne change pas d’eau toute les semaines, c’est très pratique !

2- C’est super économique, car vous n’achetez que ce qu’il y a sur la liste, vous n’avez pas les têtes de gondoles pour vous tenter, vous avez toujours les promos du moment qui s’affiche mais les informations produit sont claires et vous permettent de voir si c’est une vraie promo ou non.

Et le dernier changement qui n’a rien à voir : la télé n’a pas été allumée depuis trois mois, essayez vous verrez un nouveau dynamisme entrer dans votre maison 😉