Le juste prix d’un massage

Ceux qui connaissent mon institut ont pu se rendre compte que récemment j’ai mis à jour ma grille tarifaire… A la baisse ! 10 euros de moins sur les massages bien-être d’une heure, 5 euros de moins sur ceux d’une demi-heure et un abonnement encore plus intéressant qu’auparavant.. Et non, ce n’est pas synonyme de baisse de qualité : les produits, l’attention et le temps que je porte à mes clients sont les mêmes. Pour moi il est inconcevable de bâcler mon travail pour faire des économies.

C’est juste un ajustement pour faire face à la situation actuelle, une situation morose pour beaucoup de personnes dont les finances sont en baisse et rognent sur leur bien-être pour rester dans les clous. Plusieurs de mes clients sont d’ailleurs venus me voir pour me dire que financièrement ils ne pourraient plus continuer à venir se faire masser chaque mois, et qu’ils viendraient de manière plus sporadique.

Il faut aussi être réaliste et faire face à la concurrence qui ne cesse de croître sur Toulouse et même dans mon village, les prix sont à la baisse de manière générale et il faut bien s’adapter.

Et puis quand on parle de massages à des personnes qui ne sont pas encore clientes, il faut bien avouer qu’il y a bien souvent la même réaction : c’est cher quand même ! C’est vrai que comme ça, ça peut paraître pas donné, et il est difficile pour beaucoup d’entre nous de sortir ce budget chaque mois pour une heure de détente. Et encore les prix pratiqués dans les petits instituts comme le mien n’ont rien à voir avec ceux des grands spa ou thalasso où l’heure peut facilement atteindre 90 ou 100 euros.

Alors voilà, je me suis dit que j’allais écrire un article pour expliquer ce qui pour moi justifie le prix de mes massages. L’objectif ici n’est pas d’expliquer ce que peut vous apporter le massage en terme de bien-être, c’est déjà fait sur les descriptifs que j’ai écrits, mais bien de vous faire découvrir l’envers du décor, et de vous montrer qu’il est difficile voire impossible de descendre sous un certain prix sans que la qualité en pâtisse. Je dois avouer que je me suis un peu inspirée d’un très bon article écrit par une confrère anglophone : why is massage therapy so expensive ? (en français ça donne pourquoi est ce que le massage coûte si cher ?).

La durée de la séance

Déjà, il faut faire très attention à ça, est ce que la durée annoncée correspond à la durée du massage ou à la durée de la séance ? Bien souvent, lorsque l’on vous annonce une durée d’une heure, c’est la durée de la séance découpée en gros comme suit : 50 min pour le massage, et 10 min pour les temps de préparation et récupération avant et après le protocole. Au bout d’une heure il faut faire place nette pour le client suivant.

Moi je n’ai pas cette optique, le temps indiqué correspond au temps effectif du massage. En gros un massage d’une heure correspond à une séance d’une heure et demie. Le reste du temps c’est du temps de récupération, de discussion et de conseils autour d’un thé ou d’un café.

Le nombre de massages que je peux faire en une semaine

Quelque part, il faut bien avouer que je suis presque en admiration devant les employés en massages qui exécutent 35 heures de massages par semaine. J’avoue que je ne m’en sens pas capable.

Pourquoi ? Tout simplement car réaliser un massage est très exigeant, aussi bien physiquement qu’émotionnellement. Je m’investis énormément pour être à l’écoute du corps de mes clients, pour leur donner ce dont ils ont besoin. Le massage est en quelque sorte un don de soi à la personne massée. Il est également pour moi inconcevable de ne pas donner la même qualité de massages à tous mes clients, c’est pourquoi je ne donne jamais plus de 4 massages dans une même journée et je réalise au maximum une quinzaine de massages dans la semaine.

Surtout que tenir un institut ne se limite pas à la simple action de masser. Il faut s’assurer que l’institut soit toujours propre et bien rangé, il faut gérer l’administratif, gérer les contacts avec la clientèle… Et puis je suis située dans un petit village à 20 km de Toulouse, pas sur la place du capitole… Il faut donc que je trouve le moyen de me faire connaître, c’est pour cela que j’anime un blog, que je m’occupe de mes sites, que j’essaie d’avoir une présence sur les réseaux sociaux, tout ceci prend mine de rien énormément de temps…

Les produits

J’ai pris l’option de n’utiliser que des produits de qualité, naturels, et bio : des huiles végétales, des huiles essentielles, ou du monoï. Le coût n’est pas énorme en soi pour un seul massage mais il est quand même de quelques euros, ce qui n’est pas non plus négligeable.

linge massage

Pour chaque massage : plusieurs serviettes et une couverture, ça en fait du linge mine de rien 😉

Ensuite il y a les à côté, le linge notamment. La table est recouverte de serviettes de bain, et les parties du corps non massées sont recouvertes d’une couverture. Bien entendu, tout le linge est changé pour chaque massage, ce qui implique une grande quantité de lessives à réaliser.

Les frais et taxes

Là sur un mois c’est du lourd, car il y a le loyer à payer, l’assurance, l’électricité, internet, les pages jaunes, les frais pour les sites internet, la pub, etc… Plus les charges sociales qui sont proportionnelles à ce que l’on gagne. Bref, à vue d’œil c’est de l’ordre de 1000 euros par mois si l’institut tourne bien.

Et il ne faut pas oublier non plus frais de formation. Ma formation initiale de technicienne de bien-être m’a coûté plusieurs milliers d’euros, sans compter les sommes que j’investis chaque année en formation continue pour me perfectionner dans les techniques de massage que je propose, ou pour en apprendre des nouvelles.

En bref …

Si on se base donc sur 60 massages sur un mois, cela fait que sur un massage il y a donc environ 17 euros de charges. Avec le coût des produits, on peut dire que sur un massage à 40 euros, il en reste 20 pour moi, soit en tout 1200 euros par mois dans le cas où je remplis complètement mon emploi du temps.

Quelque part, il n’y a pas de quoi sauter au plafond, je gagnerai certainement mieux en tant qu’employée… Maintenant ce n’est pas non plus ce qui me motive. Mon but est bien entendu de gagner ma vie correctement, pour pouvoir vivre décemment. Ensuite, la satisfaction et le bien-être que je procure à mes clients, la fierté de gérer et de faire vivre mon propre institut, valent pour moi tout l’or du monde.