Lacta Asinus, Donkey milk : le lait d’ânesse.
Le lait d’ânesse, les plus grandes reines comme Cléopâtre ou la femme de Néron en étaient folles ! Depuis il a traversé les âges pour devenir un composant important de la cosmétique naturelle actuelle. Le savon au lait d’ânesse par exemple, ou encore de nombreuses crèmes hydratantes utilisent ses vertus hydratantes et rajeunissantes adaptées aux peaux sensibles et préconisées contre certains problèmes de peaux comme l’eczéma ou encore le psoriasis.

Comment est-il produit?

Pour qu’il y est lactation, il faut que l’ânesse ait un ânon, sans lui, il n’y a pas de lait ! La gestation chez l’ânesse est de, tenez vous bien, 365 jours en moyenne, oui j’ai été aussi surprise que vous de l’apprendre. Une fois la mise bas effectuée, le petit doit être laissé avec sa mère pendant deux mois. A partir de cet âge, le petit commence à manger de l’herbe, des céréales, c’est à partir de ce moment là que l’on peut commencer à traire la mère. Les éleveurs doivent être très précautionneux pour le bien-être de la mère et du petit et que la traite se passe au mieux. Elle a lieu quatre fois par jour car le pis de l’ânesse est de petite taille donc il faut le traire régulièrement sinon cela est douloureux, la traite se fait manuellement. La quantité de lait récolté par jour oscille entre 1 litre et 1.5 litre, d’où le prix élevé des cosmétiques au lait d’ânesse, pour comparaison la vache produit 30 litres par jour. Pour la nuit, le petit retourne avec sa maman et peut donc continuer à être allaité.

Les propriétés du lait d’ânesse.

Le lait d’ânesse serait le lait le plus proche du lait maternel, d’ailleurs il fut utiliser en substitut il y a plusieurs siècles, et même encore récemment. Il est largement reconnu pour ses vertus nutritionnelles et diététiques, et serait également considéré comme une très bonne alternative pour les personnes allergiques au lait de vache. Le lait d’ânesse est riche en vitamines A, B1, B2, B6 ,C , D et E, en oligo-éléments et en minéraux notamment le calcium et le phosphore.

Le lait d’ânesse est considéré un tenseur naturel, il ralentirait le vieillissement, rendrait la peau plus lisse, la revitaliserait, et permettrait d’apaiser les rougeurs. Les cosmétiques à base de lait d’ânesse notamment les savons bio sont conseillés pour les enfants et les personnes à la peau sensible en raison de ses vertus hypo-allergéniques.

On lui prête la propriété de régénérer, d’hydrater, et de restructurer la peau. Aussi, les produits au lait d’ânesse sont conseillés  pour les personnes ayant des problèmes de peaux comme le psoriasis ou l’eczéma.

A noter que l’on prête aussi au lait de jument ainsi qu’au lait de chèvre des vertus similaires : bon pour les peaux sensibles, aide au rajeunissement de la peau, etc …
La production du lait d'ânesse

Un soin cosmétique traditionnel

Depuis plusieurs siècles, on considère que le lait en général et en particulier le lait d’ânesse est bon pour la peau. C’est ainsi que celle qui représente le mieux la beauté dans l’imaginaire, Cléopâtre,  profitait de bains au lait d’ânesse. La femme de l’empereur Néron s’adonnait aussi à de pareils rituels de beauté. A l’époque, on croyait déjà que le lait d’ânesse avait le pouvoir de diminuer les rides. Plus récemment, la soeur de Napoléon profitait de soins au lait d’ânesse alors que le lait était également bien présent dans la cosmétique New-Yorkaise au XIXème siècle.

Le lait d’ânesse était également un élément important de la médecine, puisque le précurseur de notre médecine, Hypocrate, s’en servait pour guérir de nombreux maux. Le lait a la part belle également en médecine ayurvédique, où on lui prête notamment la faculté de guérir certains problèmes de peaux. C’est aussi un élément important de la médecine traditionnelle chinoise.

Cléopâtre et ses bains

Selon la légende, il y a donc plus de 2000 ans, Cléopâtre utilisait déjà le lait d’ânesse pour ses vertus cosmétiques. Elle pensait avoir une peau plus belle et rajeunie en se prélassant dans des bains au lait d’ânesse avec pétales de rose. A noter que Cléopâtre ne se contentait pas du lait, et y intégrait toutes sortes d’ingrédients : des fruits, des plantes, et  d’autres choses pas forcément ragoutantes (dans un article, ils parlent d’excréments de crocodile, tout de suite ça devient nettement moins glamour ….)

Si cela vous tente de vous prendre pour une reine de beauté le temps d’un bain, voici deux recettes, ici et , pour vous concocter un bain au lait comme Cléopâtre (Enfin presque 🙂 ). Bon faut lire l’anglais mais au pire il y a google traduction 🙂

Je n’ai pas testé, mais si vous le faîtes, donnez moi votre avis !

bain lait et pétales de rose

Bain de lait et pétales de rose (photo de Denis Wong)

La recherche scientifique

En tant que lecteurs et lectrices averties, vous aurez noté qu’en décrivant les bienfaits du lait d’ânesse, j’ai pris soin d’employer le conditionnel, car comme le font remarquer les lecteurs (un peu virulents) de futura-sciences dans leurs commentaires (d’ailleurs l’article semble avoir été modifié après coup), il n’y a pas de véritable preuve scientifique des vertus cosmétiques de ce lait.

J’ai pris pas mal de temps à en chercher sur le web, j’ai même réquisitionné mon homme, scientifique de formation, pour qu’il fasse un peu de recherche dans la littérature scientifique et lui non plus n’a (quasiment) rien trouvé.. Il a juste trouvé une référence, mais pas son contenu, donc difficile de savoir ce qu’il y a à l’intérieur ..

Ballestra, F., 1995: Process for conservation of donkey milk and its application in the pharmaceutical and cosmetic industry.

Il y a pourtant un certain nombre d’articles sur le lait d’ânesse, mais se focalisant plus particulièrement sur ses vertus nutritives et sa composition. D’ailleurs, le même genre de remarques vaut pour les autres laits utilisés en cosmétique, comme le lait de jument.

Alors, vraies ou fausses vertus ?

Difficile de donner une réponse affirmative dans un sens ou dans l’autre. Est-ce uniquement un phénomène de mode et une approche marketing ou y a t’-il de véritables bienfaits cosmétiques ?

Chacun est libre de se faire son opinion, mais quelque part le fait que son utilisation cosmétique ait traversé les âges et soit appliquée dans différentes cultures lui donne quand même un certain crédit. On peut se dire qu’avec le temps, les femmes se seraient certainement rendu compte si c’était inefficace 🙂

Le fait qu’il n’y ait pas eu de recherches publiques sur le sujet ne veut pas dire que ce soit faux. Peut-être simplement que des laboratoires ont fait cela de manière privée pour se garder la primeur des résultats.

Et puis il ne faut pas perdre de vue aussi que l’utilisation du lait d’ânesse dans notre cosmétique contemporaine est au final assez récente. C’est avec avec le boom du bio et la recherche de solutions naturelles que les laboratoires se tournent vers les solutions traditionnelles et ancestrales ayant fait leur preuves, mais qui avaient été oubliées au service du profit..

D’ailleurs, si on ne trouve pas de publications scientifiques sur les bienfaits pour la peau du lait d’ânesse, on ne trouve pas non plus d’informations disant le contraire…

En attendant, ce n’est peut être pas le produit miracle qui va guérir tous vos problèmes de peaux, mais ce qui est sûr, c’est qu’il est plutôt bien supporté par les personnes à la peau sensible, contrairement à de nombreux autres produits chimiques utilisés dans certains savons et cosmétiques. Et pour ma part, je suis conquise, j’utilise un savon au lait d’ânesse et quelle douceur !

L’analyse des composants

Le lait d’ânesse contient des alkylglycérols, c’est quoi ce truc? Je ne vais pas vous faire un cours de chimie, je vous dirais juste qu’on les retrouve de façon importante dans le foie de requins du Groenland, des animaux qui ne tombent jamais malades… Bon revenons à nos ânes ! Les akylglycérols jouent un rôle au niveau du système immunitaire et aussi des problèmes de peaux comme le psoriasis et l’eczéma.

L’acide lactique permet de faire un gommage naturel de la peau en détruisant les peaux mortes, et laisse donc apparaître une nouvelle peau plus jeune et plus douce.

La vitamine A contribue à la santé de la peau et des muqueuses, et participe à la croissance cellulaire.

La vitamine C permet notamment la formation de collagène, une substance bien connue de toutes celles et ceux qui cherchent à cacher les signes de vieillissement.

La vitamine D est notamment prescrite pour lutter contre le psoriasis, et la vitamine E a des effets anti-oxydants.

Bref, vu comme ça, on se dit que le lait d’ânesse ne peut être que bénéfique pour la peau 😉 Reste à savoir cependant si ces composants sont présents en quantité suffisante pour être efficaces, et si l’application sur la peau permet au corps de bénéficier de tous leur bienfaits.

Sur quels critères choisir ses produits au lait d’ânesse ?

Pour moi, il est d’abord nécessaire de se préoccuper de la provenance du lait. Etant donné sa rareté, la cosmétique au lait d’ânesse n’est pour moi pas compatible avec la production de masse et le discount. Il vaut mieux se tourner vers des petits artisans, et principalement vers ceux qui font appel à des asineries bio pour se fournir, histoire de s’assurer qu’ânesses et ânons sont traités comme il se doit, avec respect, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas, comme par exemple avec ces ânes brésiliens.

Ensuite, il faut faire attention à ce que la présence de lait d’ânesse dans le produit ne soit pas qu’un argument marketing. Le pourcentage de lait dans la composition a donc son importance. Suivant le type de produits (crèmes, savons, etc), il faut compter entre 5 et 50% du produit en lait.

Et puis il ne faut pas non plus négliger tous les ingrédients qui accompagnent le lait d’ânesse dans la composition du produit. Un savon lait d’ânesse avec de l’huile de palme et des parabens ne serait plus si bénéfique que ça pour votre peau …

Et sur Zenzishop, ça donne quoi alors ?

Je vous ai sélectionné peu de produits à base de lait d’ânesse, car je veux être sûr que les animaux sont bien traités. En fait seulement deux savons de la savonnerie artisanale Saponaire.

Ania de Saponaire a ses propres ânes, mais ils ne sont là que pour profiter de la verte pelouse. Pour son lait, elle fait appel à une asinerie certifiée bio, et connaissant son amour pour ses bêtes et pour la nature en général, il n’y a aucun doute sur le fait que les ânes y sont bien traités.

Les savons contiennent au minimum 10% de lait d’ânesse. A côté de ça, ils sont composés de beurre de karité, d’huiles végétales bio et locales. Ils sont 100% naturel, sans huile de palme, et fabriqués de manière artisanale avec la méthode de fabrication à froid. Bref, que du bon pour votre peau 🙂

Comme tous ses autres savons, j’en suis ravie, mais il faut reconnaître que j’ai un faible pour ces deux savons encore plus doux et crémeux que les autres, et particulièrement Maya, un savon lait d’ânesse aux huiles essentielles d’orange qui est mon petit préféré 😉 Bellis est lui parfait pour les enfants car il ne contient pas d’huiles essentielles.

 

Références web :

Références scientifiques :